Quel sera l’avenir de la marque Nissan sans Ghosn ?

Arrêté le 19 novembre 2018 à l’atterrissage au Japon à bord de son jet privé, Carlos Ghosn est mis en examen pour avoir dissimulé ses revenus. En effet, l’homme d’affaires est accusé d’avoir omis de déclarer entre 2010 et 2015 la somme de 5 milliards de yens, soit environ 38 millions d’euros. L’arrestation du PDG de Nissan place la marque automobile japonaise dans une mauvaise posture. La question qui ne cesse de revenir est : quel sera l’avenir de la marque Nissan sans Ghosn ?

Que deviendra l’alliance Renault-Nissan-Mutsubishi ?

Même si des doutes planent sur les informations concernant l’avenir de cette alliance, une chose est sûre, l’arrestation de Carlos Ghosn risque de peser très lourd dans la balance pour ce qui est de sa stabilité. D’autant plus que le constructeur automobile japonais encourt une forte amende pour sa participation.

A lire en complément : Investir, même de très petits montants, peut rapporter gros

S’il a été révoqué de la direction de Nissan et Mutsubishi, Carlos Ghosn est officiellement à la tête de Renault même si Thierry Bolloré assure l’intérim en attendant le dénouement de cette affaire. Dans cette attente, les conséquences sont plus au moins limitées chez Nissan, mais cela fait couler assez d’encres et de salives. Et pour cause, Nissan voit dans cette destitution, l’opportunité de réjaponiser le groupe, mais encore de revoir les termes de partenariat de cette alliance. Faites un tour sur espace-nissan.fr pour plus d’informations.

Pour ce qui est de la gamme de véhicules, il n’y a rien de nouveau sous le soleil, pour l’instant ! Pour l’heure, les choses se précisent sur cette affaire en occurrence la culpabilité du PDG libano-brésilien. Est-il coupable ou la victime du complot d’un groupuscule qui désirait le voir s’en aller ? Le deuxième scénario est plus probant puisque de nombreuses sources se concordent sur cela. Aussi, certaines affirment que Carlos Ghosn s’apprêtait à limoger très prochainement Hiroto Saikawa, l’homme qui vient de prendre la tête de la marque nippone.

A voir aussi : Les caractéristiques du véhicule qui vous permettent de rester organisé

Quelle sera la répartition du pouvoir ?

Jusqu’à ce qu’il soit arrêté, Carlos Ghosn était à la fois président directeur général de Renault, de l’alliance, mais aussi le président du conseil d’administration de Mutsubishi et de Nissan. Après avoir été révoqué de ses fonctions auprès des deux partenaires, il devrait logiquement être remplacé par des Japonais.

Son dauphin chez Renault devra se contenter d’un périmètre assez réduit. Selon plusieurs sources concordantes, il y a peu de chance que ce dernier cumule à la fois des fonctions auprès de l’alliance et chez Renault.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!